La presse en parle

Posted by Hot Gang Category: Non classé

ZicAZic nous offre une belle exposition sur son site avec un article écrit par Fred Delforge. Un grand merci à lui.


Rarement groupe n’aura aussi bien porté son nom puisque Hot Gang est purement et simplement un concentré chaud bouillant de rock, mais pas de n’importe quel rock car c’est sur une solide base faite de rockabilly que le sextet de Périgueux dépose une grosse dose de punk’n’roll, de swing et de rhythm’n’blues pour en arriver à un résultat explosif ! En dix-huit années d’existence, les trublions de la scène nationale auront ainsi eu le loisir de se produire dans nombre de clubs et de salles mais aussi au Montreux Jazz Festival ou encore aux 24 Heures du Mans, des endroits cultes où ils ont toujours réussi à tirer leur épingle du jeu. A l’heure de présenter leur nouvel album, Johann Gauthier au chant et aux guitares, Benoit Serret à la basse, Thomas Hilaire à la batterie, Olivier Viseux au trombone, Emilie Klipfel au saxophone et Nicolas Renard à la trompette ont volontairement fait un saut du côté de la Côte Ouest pour nous faire le coup du « California Trip » mais c’est en gardant un pied à Memphis, dans le berceau du rock’n’roll, qu’ils se sont exécutés, incorporant même de temps à autres quelques airs latinos à un habile mélange où les compositions se tapissent parfois de riffs célèbres et où les reprises ne se font pas prier pour faire danser le chaland. Porté par une rythmique de feu mais aussi par des cuivres insupportables de vigueur, Hot Gang s’appuie très intelligemment sur le charisme et la puissance de son frontman pour nous envoyer en pleine face des titres complètement ahurissants de réalisme comme « Little Wink », « Last Song In The Rain », « Hot Rod Game » ou « Wild Monkey Swing » mais aussi la superbe cover de « Suspicious Minds », le génial « Street Shaman » et enfin un surpuissant « 706 Union Avenue » qui ravira les aficionados du Sun Studio dont c’est l’adresse à Memphis. Irrésistible de bout en bout, « California Trip » nous propose ainsi une grande ballade sur les routes du Sud des Etats Unis, une virée les cheveux au vent sur l’Interstate 40 West depuis Beale Street jusque sur les plages de Santa Monica, et pour tout avouer, on n’avait sans doute plus jamais fait un road trip aussi réussi depuis la BO du fameux « Easy Rider » … Vite, un live !

http://www.zicazic.com